Licorne couchée

En remontant la chaîne de causalité, on arrive rapidement au Big-Bang, et la question naturelle qui se pose est la suivante, qu'y avait-il avant pour que le Big-Bang ait lieu. Quelle scène imaginer, avec quel acteur, quel cadre et quel scénario.

Le cadre initial, un espace structuré permettant d'avoir les mêmes lois physiques à tout endroit, ou des liens de causalités puissent s'enchaîner les uns aux autres impose la structure gélifiée de l'espace. C'est l'hypothèse la plus crédible et la plus vraisemblable.

Il fallait un acteur, l'Ëtre suprême, celui qui ne se définit pas par rapport au cadre, puisque c'est lui qui le crée. Si on retire le cadre, il ne reste que lui et le néant. Le néant n'existe pas, ce n'est pas un être, c'est juste un concept pour indiquer l'absence de tout être et de toute chose. C'est le zéro par rapport au un. Dieu ne crée pas le néant, car le néant n'existe pas. Il n'y a que Dieu. C'est le seul être auquel on puisse philosophiquement accorder une existence en tant qu'essence pure. Par définition de la chaîne causale, le point alpha, c'est l'Être. Il n'y a rien d'autre,  et ce rien d'autre nous l'appelons néant. Une fois la structure gélifiée expansée dans le néant, le néant étant sans dimension, la structure est alors infinie. C'est dans ce cadre que la création peut avoir lieu. La structure est la première création de Dieu qui lui colle à la peau, car sortie de Lui. Il est donc omniprésent partout.

La création, suite du Big-Bang occupe une dimension de 16 milliards d'années-lumière, qui se meut dans une portion d'espace. Elle continue à gonfler sur une structure qui est inchangée et qui lui sert d'assise.

On peut alors se représenter facilement les différentes manifestations de Dieu, qui perdent ainsi de leur mystère.

Le buisson ardent, ce n'est que de la lumière qui varie à la surface de la plante. Quoi de plus facile à faire quand on a le contrôle vibratoire de la structure gélifiée. On la fait vibrer au bon endroit et selon la bonne méthode, et Moïse stupéfait voit un buisson en feu qui ne brûle pas. Ensuite pour lui parler, il suffit de faire vibrer la structure à l'intérieur même du cerveau de Moïse, et ce dernier stupéfait entend une voix lui parler. Nous avons alors le point de départ du premier monothéisme.